Angers : les « emplois francs » feront leur apparition l’an prochain

PB
15 novembre 2017
Par Benoit Hanrot
Les emplois francs sont « le pendant de la lutte contre la discrimination ». C’est ce qu’a déclaré hier Emmanuel Macron lors de son passage dans le Nord à Tourcoing. Le dispositif sera testé l’an prochain dans sept agglomérations en France dont celle d’Angers. Décryptage :

C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. L’Assemblée nationale a voté la semaine dernière, à l’initiative du gouvernement, une expérimentation qui débutera fin 2019 : les emplois francs. Le dispositif est évalué à 180 millions d’euros sur trois ans.

« C’est quoi les emplois francs ? »

Les emplois francs, ce sont des emplois qui offrent une prime aux entreprises qui embauchent les habitants des quartiers populaires. Ces derniers seront expérimentés l’an prochain notamment à Angers et s’adressent aux chômeurs de tout âge. L’objectif affiché de l’Elysée est d’embaucher de 12 000 à 25 000 personnes l’an prochain.

Comment ça marche ?

Concrètement, une entreprise ou une association qui y aura recours bénéficiera d’une prime de 15 000 euros sur trois ans pour l’embauche en CDI et de 5 000 euros sur deux ans pour un CDD de plus de six mois attribué à un demandeur d’emploi de ces quartiers.

Une manière de compenser l’autre mesure du gouvernement qui a décidé de réduire le nombre d’emplois aidés de 310 000 cette année puis de 200 000 l’an prochain. Ce qui lui permettra d’économiser un milliard d’euros.

Un flop en vue ?

Le dispositif a déjà été testé en 2013 par le gouvernement Ayrault. Si l’idée de départ était bonne, elle ne s’est pas matérialisée comme prévu. En effet, seuls 250 contrats avaient été signés en un peu plus d’un an. Celui-ci diffère légèrement, sur le plan financier qui le rend plus intéressant mais aussi sur l’absence de condition d’âge. L’Etat a prévenu : s’il porte ses fruits, le principe sera généralisé dès 2020 à l’ensemble du territoire.