Commande record pour Airbus : les sous-traitants se frottent les mains

Décollage d'un avion / Pixabay
16 novembre 2017
Par Benoit Hanrot
Hier, la France a connu une excellente journée. Elle a décroché le Mondial 2023 de Rugby. Quelques heures auparavant, Airbus enregistrait une commande record de 430 moyen-courriers A320. Une excellente nouvelle pour les sous-traitants de l’avionneur européen. Décryptage :

Après cinq années de marasme, la baraka est-elle de retour en France ? Dans les prochaines années, l’Hexagone va connaître une vague de manifestations sportives. Les fans de sport pourront profiter de la Coupe de Monde de Rugby en 2023 puis des Jeux Olympiques l’année suivante. Des événements qui auront lieu un peu partout en France et qui prévoient de nombreuses créations d’emplois.

De l’emploi, les sous-traitants d’Airbus en auront pendant plusieurs années. L’avionneur européen a reçu une commande record de 430 moyen-courriers A320 de la part d’Indigo Partners, un fonds d’investissement américain. Montant de la transaction : 42 milliards d’euros.

Des sous-traitants qui peuvent dormir sur leurs deux oreilles

Rien que pour chez Airbus, ce contrat va fournir du travail pendant sept ans pour 3 000 salariés qui fabriquent l’A320. Cette commande, la plus importante de l’histoire, doit être livrée entre 2021 et 2026. Mais ceux qui vont surtout en profiter, ce sont les fournisseurs de l’avionneur européen.

Dans la Sarthe, plusieurs sous-traitants ont du sortir le champagne. C’est le cas l’entreprise Souriau qui emploie 900 salariés répartis sur les sites de Champagné et de la Ferté-Bernard. Ce concepteur de connecteurs prévoit une activité pérenne de 15 à 20 ans et même d’embaucher. Recrutement prévu également chez le fabricant d’aubes de turbines MK-Automobile sur l’usine de Sablé-sur-Sarthe.

La société Mecachrome sauvée ?

L’entreprise Mecachrome est spécialisée dans l’aéronautique. Cette société basée en Indre-et-Loire est à vendre et intéresse plusieurs repreneurs. Elle compte 530 salariés au siège social du groupe à Amboise. Selon le journal Le Figaro, sa vente a été confiée à la banque Rothschild à la mi-octobre qui aurait déjà reçu cinq offres. De leur côté, les représentants du personnel espèrent que cette nouvelle va rebattre les cartes.