Musique

Maître Gims : attaqué en justice par son ancien producteur ?

08 juin 2018 à 11h00 Par Aurélie Amcn
Crédit photo : Maître Gims

Après les accusations de plagiat pour "La Même" et la colère des internautes après le remix de "Bella Ciao", Maître Gims serait aujourd’hui attaqué en justice par le producteur de la Wati B. Que lui est-il reproché ? On vous dit tout.

Mauvaise passe pour Maître Gims ! Il y a quelques jours, le chanteur était accusé de plagiat par une photographe belge. Cette dernière affirmait que le clip La Même de Maître Gims en duo avec Vianney reprenait le même concept que sa vidéo Les Passantes publiée sur la toile un mois plus tôt. Pour se défendre, l’artiste de 32 ans avait alors répliqué sur les réseaux sociaux en accusant cette dernière de s’être quant à elle inspirée du clip Silent All This Years de Tori Amos sorti en 1991. Quelque temps avant, Maître Gims avait aussi été la cible des internautes qui lui reprochaient d’avoir remixé la chanson Bella Ciao, le générique de la série "La Casa de Papel" (Netflix) mais surtout le chant des résistants italiens pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, c’est une toute autre affaire qui vient contrarier l’interprète de Sapés Comme Jamais 

Selon les informations exclusives du tabloïd Closer, le patron du label Wati B, l’ancien producteur de Maître Gims et de la Sexion d’Assaut, aurait déposé une plainte pour faux, usage de faux, abus de confiance et escroquerie. Directement contacté par nos confrères de la presse people, ce dernier aurait affirmé que son poulain aurait gagné trois millions d’euros de revenu en 2016 se plaçant alors devant Johnny Hallyday. Toujours d’après les dires du patron de la Wati B, avec cet argent en poche, Maître Gims « aurait alors voulu rompre avec son producteur, montant ses propres structures en parallèle de sa carrière alors que différents contrats le liaient encore à la Wati B ». 

Le producteur aurait aussi déclaré que l’avance de 800 000 euros versés en 2014 pour la production de l’album Le Cœur a ses raisons aurait « davantage été utilisée pour assurer son train de vie que pour réaliser ses albums ». D’ailleurs, Closer précise qu’un huissier aurait récemment établi un constat stipulant que Maître Gims possèderait plusieurs biens : une montre de luxe d’une valeur de 140 000 euros, une voiture Bugatti Chiron estimée à deux millions d’euros et une immense et luxueuse villa à Marrakech aperçue dans le documentaire Maître Gims : à cœur ouvert de W9.

Salam aleykoum wa rahmatoullahi wa barakatou

Une publication partagée par Maître GIMS (@maitregims) le