Médecine : réforme en vue pour le numerus closus ?

Illustration du Serment d'Hippocrate / Flickr
11 janvier 2018
Par Benoit Hanrot
Le Centre Val-de-Loire et les Pays de la Loire font partie des régions de France où la désertification est la plus importante. Pour combler ce manque de médecins en milieu rural, le gouvernement réfléchirait à une mesure en particulier : modifier le numerus clausus. Décryptage :

Faut-il supprimer le numerus clausus ? C’est la question posée par le député Olivier Véran. L’élu estime qu’il faut passer par cette décision radicale pour arrêter de limiter le nombre d’étudiants à l’issue de la première année de médecine. La mesure vise à lutter contre les déserts médicaux mais pas sûre qu’elle soit la solution immédiate pour répondre au problème.

En effet, c’est surtout l’attractivité de certains territoires qui pose problème actuellement. Au 1er janvier 2017, l’Ordre national des médecins recensait 290 974 praticiens sur l’ensemble du territoire. On en comptait 310 pour 100 000 habitants dans le Loiret, 287 pour 100 000 en Sarthe, ou encore 280 pour 100 000 dans l’Yonne.

Si bien que certaines communes proposent des offres financières alléchantes pour attirer les jeunes praticiens. Malheureusement sans succès.